Forte hausse du salaire minimum

Le gouvernement prévoit une hausse de 3.3 % du salaire minimum dès octobre.

Le 1 er août, le comité central de réflexion sur le salaire minimum, organe consultatif rattaché au ministère du travail (koseirodosho), a donné son avis définitif sur la revalorisation du salaire horaire minimum qui passera à 961 JPY en moyenne au lieu de 930 JPY actuel. L’augmentation sera de 3.3 % en un an et s’appliquera dès octobre.  Il s’agit de la plus forte hausse salariale dans l’histoire du Japon.

Cette décision tient compte du taux d’inflation actuelle dont la progression est fulgurante. Les entreprises doivent augmenter leur productivité pour pouvoir dégager suffisamment de bénéfices et absorber cette hausse.

Continuer la lecture de « Forte hausse du salaire minimum »

Défaillances d’entreprises, les chiffres en trompe-l’œil.

defaillances dentreprises au plus bas niveau

Les défaillances d’entreprises au plus bas niveau depuis 30 ans.

La plus vieille agence nippone de notation des entreprises Tokyo Shoko Research (TSR) a publié les chiffres sur les défaillances. En 2020 le Japon a enregistré 7773 dépôts de bilan soit 7.2% de moins que 2019. C’est aussi la première fois en trente ans que ce chiffre descend sous la barre de 8000.  792 cessations d’activité sont directement liées à la pandémie de Covid 19. Le montant total des dettes s’est élevé à 1208.4 milliards JPY (9.66 milliards EUR) , en diminution de 14.2 % par rapport à l’année précédente.  

Sans surprise, le secteur des services lié au tourisme incluant l’hébergement, la restauration et le divertissement a été fortement impacté. Il a déploré 2596 faillites, une hausse consécutive sur cinq ans. La pêche, l’agriculture et l’industrie minière ont enregistré 109 sociétés liquidées (+ 26.7 %). Le secteur de la finance et des assurances a aussi enregistré 30 liquidations judiciaires (+25%) une première depuis quatre ans.

Toutefois, le confinement a fait chuter le nombre de faillites dans le commerce de détail et le commerce de gros avec 1054 (-14.3%) et 1065 (-6.8%) dépôts de bilan.  La construction, l’industrie manufacturière, la logistique et les technologies d’information ont aussi constaté une baisse avec respectivement 1247 (-13.6%) , 915(-10.6%), 227 (-10.6%), 279 (-22%)  faillites. Du jamais vu  depuis deux ans.

Continuer la lecture de « Défaillances d’entreprises, les chiffres en trompe-l’œil. »

La démission de M.MORI et le clientélisme au Japon

Dans son éditorial, Nikkei revient sur la démission de M.MORI qui révèle le poids du clientélisme au Japon.

     Il est étonnant que l’opinion publique s’intéresse à la démission de M.MORI . Il y a six ans déjà, le premier ministre de l’époque, M. ABE, était contraint d’affirmer que « les JO de Tokyo n’auraient pas la faveur de tous les citoyens si on ne met pas fin au dérapage budgétaire « . Rappelons aussi que le comité olympique japonais a dû retirer en catimini la première version de sa mascotte accusée de plagiat. M.MORI aurait dû partir à moment-là .  

Une figure de notable

La relative clémence dont M.MORI avait bénéficié au cours de ces dernières années illustre combien son influence en tant qu’ancien ténor du PLD était grande dans le milieu des affaires. En effet, le millésime Tokyo aura battu le record de sponsoring de toute l’histoire moderne des jeux olympiques. Ce sera grâce aux contributions exclusives des entreprises nippones. En décentralisant les épreuves à la périphérie de Tokyo on a pu limiter les dépenses.  Côté politique, M.MORI est à l’origine de plusieurs initiatives dont le monde sportif est aujourd’hui reconnaissant. Sans son réseau, le secrétariat au sport n’aurait pas pu voir le jour, ni les lois fondamentales sur le sport votées.  

Ainsi, M.MORI était un notable dont personne dans le milieu des affaires ni de la politique n’avait remis en question son talent de coordinateur, encore moins sa légitimité.

 Néanmoins, ses réalisations cachent une face sombre. De puissants acteurs de tout horizon, motivés par leurs intérêts ont rendu service entre eux, et ont décidé en toute connivence des sujets importants loin des tables de négociations officielles. M.MORI a orchestré en coulisse un clientélisme opaque, irrationnel et anti démocratique. Il a été un habile préparateur de terrain , une pratique trop longtemps considérée comme indispensable dans la conduite des affaires au Japon (némawashi).

Briser l’omerta  

Le dérapage verbal de M. MORI est symptomatique de l’absence de débat dans les processus de décision. Aussi, il existe une omerta autour de cette culture de némawashi au Japon.  Quel que soit le sexe de l’intervenant doit-on lui interdire de prendre la parole ouvertement lors des réunions ? Est-ce un mal d’avoir un débat animé ?  Au Japon, une réunion n’a toujours été qu’une formalité pour valider ensemble ce qui a déjà été convenu en coulisse. Les participants n’ayant pas été impliqués dans les décisions informelles sont priés de rester silencieux par politesse durant la réunion. De facto une poignée de décideurs influents, eux-mêmes liés par des intérêts, finissent par imposer leur point de vue.  Les autres, moins importants, sont exclus de ce processus et se tiennent à l’écart. A l’échelle d’un grand événement comme les JO les conséquences son grandes.

La présence des femmes dans le conseil d’administration ralentit la prise de décision (M.MORI ex président du comité olympique japonais)

Il suffit de regarder de près le business modèle décidé par le comité. Celui-ci prévoit avant tout de rentabiliser l’événement par des bénéfices commerciaux au détriment de la mise en place d’un modèle de développement durable. Or, pour nos générations futures, les JO auraient pu être l’occasion de faire de Tokyo une ville intelligente et durable en tenant compte des défis environnementaux d’aujourd’hui.

Kitagawa KAZUNORI

Sources Nikkei  12/02/2021 (森会長辞任表明、多様性を尊重する社会のきっかけに)